Les Suisses diraient non à l'initiative 99%

L'initiative 99% serait rejetée par les Suisses à 57%, selon deux sondages SSR SRG et 20 Minutes/Tamedia

Keystone
Les sympathisants des partis de gauche continuent de vouloir voter en très grand nombre pour l’initiative.

Si l’initiative populaire "Alléger les impôts sur les salaires, imposer équitablement le capital" avait été mise au vote dès le 5 septembre, les personnes prêtes à participer l’auraient rejetée, selon un sondage SSR. Ainsi 57% auraient été contre cette initiative et 37% en sa faveur.

Près de 6% des personnes résolues à participer aux votations n’étaient pas en mesure, au moment de l’enquête, d’indiquer de quel côté elles penchaient. Parmi les personnes indécises interrogées figure un nombre un peu plus élevé d'individus critiquant l’initiative.

Les sympathisants des partis de gauche continuent de vouloir voter en très grand nombre pour l’initiative. Chez l’ensemble des sympathisants d’autres partis s’est mis en route une tendance au "non" assez puissante pour permettre de reconnaître une forte polarisation.

Chez les sympathisants des Vert'libéraux, les rapports de majorité ont basculé en un mois, passant d’une tendance au "oui" de justesse à un "non" net. Chez les sympathisants du Centre, du PLR et de l’UDC, les tendances au "non" sont claires. Chez les Indépendants, la tendance au "non" n’est certes pas unilatérale, mais elle n’empêche pas 48% d’entre eux, dans l’intervalle, de s’opposer au projet.

En Suisse romande, la formation de l’opinion évolue de manière moins nette en direction du "non". Avec la polarisation politique, le fossé villes/campagnes s'est aussi creusé.

Côté arguments, un peu moins d'un tiers des opposants sont d'avis qu'un impôt plus élevé sur les revenus du capital serait préjudiciable à l'attractivité de la place économique suisse et à l'économie, selon le sondage Tamedia.

Les partisans affirment eux principalement que l'écart de richesse entre riches et pauvres se creuse, et que l'initiative apporterait une plus grande justice distributive entre les salariés normaux et les "super-riches".

Pour le sondage SSR, toutes les indications valent avec une probabilité de 95% et une marge d’imprécision de ± 2,8 points de pourcentage. Du côté du sondage Tamedia, la marge d'erreur se situe à 1,2 point de pourcentage. (AWP)

Commentaires

Les articles suivants pourraient aussi vous intéresser