La reprise économique suisse a décéléré mais demeure robuste

L'organisation internationale prévoit une croissance de 2,9% du du PIB helvétique pour 2021, de 3% en 2022 et de 2,1% en 2023.

Keystone
Les volumes des exportations, menées par les secteurs pharmaceutique et chimique, ont rapidement retrouvé des couleurs au deuxième trimestre 2021.

L'économie suisse s'est redressée en 2021 à la faveur de la levée des restrictions sanitaires mises en place pour contenir la pandémie de coronavirus, mais la remontée des contaminations au cours du deuxième semestre a renforcé les incertitudes pour les prochains mois, indique mercredi l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) lors de la publication de ses perspectives.

L'organisation internationale prévoit ainsi une croissance du produit intérieur brut (PIB) helvétique de 2,9% pour 2021, de 3% en 2022 et de 2,1% en 2023. En mai l'OCDE tablait sur une avancée du PIB de 3,2% pour l'année en cours et 2,9% pour l'exercice suivant.

La levée ce printemps de la plupart des restrictions sanitaires a soutenu un fort rebond de l'économie au deuxième trimestre 2021: les volumes des exportations, menées par les secteurs pharmaceutique et chimique, ont rapidement retrouvé des couleurs.

Mais il existe des signes que la croissance a quelque peu ralenti notamment au niveau du commerce de détail et des immatriculations de nouveaux véhicules, font remarquer les experts de l'OCDE.

Nonobstant cette décélération, le PIB devrait retrouver ses niveaux d'avant la crise d'ici la fin de l'année, prévoient les experts. Le taux de chômage devrait quant à lui demeurer supérieur à celui de 2019 mais le nombre de personnes non actives a nettement diminué tandis que le nombre de postes vacants a progressé.

L'OCDE note également que l'inflation, après avoir été négative pendant presque une année, s'est maintenant étoffée en raison de la hausse des prix de l'énergie. Le renchérissement demeure cependant inférieur à la fourchette supérieure fixée par la Banque nationale suisse (BNS). (AWP)

Face au variant Omicron, le BAK n'exclut pas un ralentissement conjoncturel

Le nouveau variant Omicron du coronavirus constitue une menace pour le rétablissement conjoncturel, selon des indications préalables livrées par le centre bâlois de recherche économique BAK mercredi. Cette nouvelle souche "préoccupante" selon la nomenclature de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pourrait brider de plus moitié la croissance prévue pour la Suisse en 2022, à 1,3%.

Les économistes du BAK tablent jusqu'ici et hors effet Omicron sur une croissance de 3%. Une confirmation du pouvoir de propagation et d'esquive des défenses immunitaires par Omicron assombrirait néanmoins sérieusement ces perspectives.

De nouveaux confinements grèveraient la consommation privée dans une envergure similaire à celle observée cette année et l'industrie se trouve déjà dans une position délicate du fait des perturbations dans les chaînes d'approvisionnement.

L'ampleur du handicap attribuable à Omicron devrait pouvoir être cernée de manière plus précise au cours des prochains jours, au fur et à mesure de l'avancée des connaissances sur ce nouveau variant. (AWP)

Commentaires