Temenos chute lourdement à la Bourse de Zurich

Alors que le développeur genevois a étoffé ses commandes et ses recettes, amélioré ses résultats et confirmé ses objectifs annuels, la communauté financière porte un jugement plutôt sévère sur la copie rendue.

Keystone
Goldman Sachs juge la valorisation de l'action trop élevée et recommande de se défaire du titre.

Temenos était voué aux gémonies boursières vendredi, dans le sillage de la publication la veille dans la soirée d'un troisième partiel largement conforme aux attentes du marché et en hausse à quasiment tous les niveaux. Alors que le développeur genevois a étoffé ses commandes et ses recettes, amélioré ses résultats et confirmé ses objectifs annuels, la communauté financière porte un jugement plutôt sévère sur la copie rendue.

La nominative Temenos a terminé en chute libre de 13,7% à 115,20 francs, dans un SLI en hausse de 0,36%. Elle est même momentanément passée sous la barre des 113,00 francs, ce qui ne lui était plus arrivé depuis mi-février.

Le développeur genevois de logiciels bancaires a fait état jeudi soir d'un rebond de 8,5% en rythme annuel de son chiffre d'affaires (non IFRS) au troisième trimestre, à 231,6 millions de dollars.

"La dynamique des affaires s'est poursuivie au troisième trimestre, avec une amélioration sur le front des ventes dans toutes les régions et une demande soutenue dans tous les produits", a résumé le directeur général (CEO) Max Chuard, cité dans un communiqué, soulignant la performance réalisée aux Etats-Unis.

"Nous avons connu une forte croissance du nombre total de commandes (+19,0%, ndlr) au troisième trimestre et avons dépassé notre niveau de 2019 depuis le début de l'année", a poursuivi le dirigeant, se félicitant de la visibilité offerte par le carnet d'ordres pour 2022.

Revenus de licences à près de 100 millions

Les revenus de licences ont bondi de près d'un quart (+24,0%) à 94,8 millions de dollars, tirés par le marché US, devenu le principal contributeur de ce segment. Pendant le trimestre sous revue, Temenos a acquis 18 nouveaux clients dans ces activités comprenant notamment les logiciels en tant que service (SaaS, +31%).

Les recettes générées par la maintenance ont très lègèrement progressé (+2,0%) à 98,6 millions, alors que celles des services se sont contractées de 6% à 38,2 millions.


Le résultat opérationnel (Ebit) ajusté a progressé de 4,0% à 86,0 millions de dollars, pour une marge correspondante de 37,2%, en repli de 170 points de base (pb) sur un an. Le bénéfice par action (BPA) est ressorti à 92 cents, en hausse de 3,0%.

La copie rendue par le groupe genevois était alignée sur les projections des analystes sondés par AWP, même si les recettes se sont inscrites tout en bas de la fourchette des prévisions.

Analystes divisés

Credit Suisse estime que la baisse d'un quart de la valeur contractuelle annuelle (ACV) dans le segment SaaS, qui désigne le chiffre d'affaires total d'un contrat client sur un an, "montre les difficultés auxquelles Temenos fait face" actuellement.

Son analyste estime toutefois la réaction du marché excessive face aux chiffres publiés, soulignant que Temenos devrait atteindre ses objectifs annuels et est fondamentalement bien positionné et présent sur d'importants marchés en croissance structurelle.

Baader Helvea pointe du doigt la performance en Europe, où les revenus de licences ont connu une nouvelle érosion, ce qui remet en cause la thèse de la direction sur la reprise dans cette région. Goldman Sachs salue l'arrivée de nouveaux clients comme GreenDot et Mbanq, mais signale que la concurrence s'intensifie outre-Atlantique. Tous deux recommandent de se défaire du titre.

Au contraire, Vontobel en préconise l'achat, soulignant que "les résultats confirment la dynamique positive des affaires tant dans les régions que les segments". (AWP)


Commentaires