Article contributeur

Le secteur de la santé, une option pour soigner son rendement

La pharma constitue le domaine le plus défensif, tandis que les technologies médicales devraient particulièrement profiter de la reprise post-Covid-19.

Le secteur de la santé surperforme en général après que les indicateurs conjoncturels mondiaux ont atteint leur pic, comme ce fut le cas cet été. En son sein, l’industrie pharmaceutique constitue le domaine le plus défensif, tandis que les technologies médicales devraient particulièrement profiter de la reprise post-Covid-19. Les thèmes de rupture, tels que les technologies de la santé et les thérapies géniques, permettent de tirer parti d’une croissance structurelle de long terme.

Tout investisseur devrait détenir tous ces thèmes dans son portefeuille. Les pharmas représentent à peu près la moitié de la capitalisation du secteur. Leur atout: leurs chiffres d’affaires et leurs bénéfices ne dépendent pas du cycle conjoncturel. Le recours aux offres de santé liées à la pandémie progresse actuellement. Au-delà de faire augmenter le volume des prescriptions, cela devrait soutenir la récente amélioration de la dynamique des bénéfices.

A l’aune des prévisions de bénéfices des douze prochains mois, leur décote de quelque 15% par rapport à l’ensemble du marché boursier américain n’a presque jamais été aussi basse depuis vingt ans. Or, cette décote va certainement diminuer.

Les fournisseurs d’appareils médicaux (un tiers de la capitalisation du domaine de la santé) sont à la fois défensifs à court terme, tout en offrant des opportunités de croissance structurelles à long terme. Marchés finaux en croissance constante et lancements de nouveaux produits leur offrent un fort potentiel de rattrapage. Car, avec le recul de la pandémie, ils pourraient aussi tirer parti des interventions médicales repoussées.

Les technologies de la santé sont conçues pour améliorer les soins et les résultats ainsi que permettre de réaliser des économies. La pandémie a accéléré la transformation du secteur. Exemple le plus évident: l’essor de la télémédecine. Le potentiel des technologies numériques pour enrayer l’augmentation continue des coûts liés à la santé dans le monde est désormais bien indentifié.

Après avoir massivement surperformé les actions mondiales l’année dernière, le secteur a quelque peu baissé cette année. Il a tout de même fini par retrouver des couleurs au cours des trois derniers mois et les évolutions structurelles du système de santé vont être durables.

Enfin, on ne négligera pas qui visent à guérir en modifiant ou en supprimant les informations erronées dans le génome humain. Aux Etats-Unis, sept thérapies géniques ont été autorisées jusqu’à présent et la FDA indique s’attendre à délivrer d’ici 2025 entre dix et vingt nouvelles autorisations par an pour de nouvelles thérapies. Il y a là un important potentiel à long terme, même s’il reste difficile à quantifier.

Commentaires

Daniel Kalt / James Mazeau

UBS Global Wealth Management Chef économiste suisse / Chief Investment Office (CIO)