Article contributeur

Travailler à domicile – du plaisir à la frustration?

Keystone

Le travail à domicile est l'un des symboles de la tendance vers une plus grande flexibilité du travail pour les salariés et un style de gestion plus basé sur la confiance, moins directif et moins autoritaire. Cependant, le fait de devoir travailler à domicile en raison de la pandémie fait perdre de plus en plus ce goût de la liberté. Ce qui était autrefois une présence obligatoire au bureau en est maintenant une à la maison.

A quoi pourrait ressembler l'avenir du travail

Le fait de travailler de partout et de se rencontrer sur des plateformes virtuelles restera sans aucun doute un élément important pour accroître la satisfaction des employés et l'attractivité des employeurs. Mais dans le sillage de la pandémie, le terme "attractivité de l'employeur" a pris de nouvelles facettes importantes comme la santé des employés, la stabilité de l'emploi et la fiabilité.

Ainsi, pour rester attractifs, les employeurs doivent être prêts à remplir leur devoir de vigilance envers leurs employés et à garantir la continuité des activités même en période de turbulences. Il est certain que les capacités informatiques ou la numérisation joueront un rôle majeur, mais le défi est beaucoup plus complexe. Il exige de repenser l'héritage, non seulement en ce qui concerne le personnel et son lieu de travail, les compétences et les besoins, mais aussi en ce qui concerne les processus opérationnels quotidiens, les risques et les coûts associés. En d'autres termes : un ajustement de l'ensemble du modèle d'entreprise.

Les entreprises sont-elles prêtes pour la "nouvelle normalité" ?

Si la plupart des managers ont accepté le fait que leur personnel ne travaillera plus jamais comme avant, seule une minorité se prépare déjà à la nouvelle normalité en retravaillant ses stratégies et ses modèles de fonctionnement. Néanmoins, l'accent est mis sur la continuité des activités liées aux questions financières, qui l'emportent sur d'autres points critiques. Et souvent, des obstacles juridiques et de conformité entravent la mise en œuvre de solutions flexibles. Ni les lois actuelles en matière de fiscalité et de sécurité sociale, ni leurs équivalents en matière de travail et d'immigration ne répondent au besoin accru de flexibilité. Et la pandémie a même augmenté l'appétit des régulateurs nationaux. Ainsi, le renforcement de la flexibilité n'est pas seulement un défi stratégique et opérationnel, mais aussi un défi de conformité qui exige une évaluation minutieuse des risques connexes.

Une déclaration destinée à l'industrie des matières premières

Les auteurs ont interrogé des responsables des ressources humaines de certains clients de KPMG dans le secteur des matières premières. La plupart d'entre eux ont confirmé qu'ils avaient déjà introduit le travail à domicile avant le COVID-19.

Cependant, beaucoup ont déclaré qu'ils ont dû adapter leur infrastructure et accélérer considérablement la numérisation pour assurer la continuité permanente des activités à distance et la sécurité et le bien-être du personnel.

Les employés se sont adaptés très rapidement au changement, ce qui a été très apprécié par le management. De même, les employés qui devaient se rendre continuellement au bureau pour des raisons logistiques, par exemple les négociants, ont fait preuve d'un niveau de compréhension remarquable.

Dans l'ensemble, les entreprises interrogées ont estimé que leur passage au travail à distance était une réussite. Certaines ont même fait état d'effets secondaires positifs inattendus tels qu'une diminution significative des congés de maladie. Environ un tiers des personnes interrogées ont déclaré que l'augmentation des réunions virtuelles a rapproché leur direction des employés grâce à des rencontres plus régulières et un peu plus intimes, et stimulé la mise en réseau transfrontalière au sein de leur propre organisation, aidant ainsi le secteur à surmonter l'une de ses plus anciennes faiblesses. D'autre part, les contacts spontanés avec ses collègues ont diminué, ce qui a entraîné une diminution de la collaboration et de l'innovation.

Les ressources humaines ont elles-mêmes senti un moment permettant de tirer profit de l'augmentation des modalités de travail à distance et de l'amélioration de la technologie pour élargir les efforts de recrutement à des professionnels talentueux qui vivent loin du siège, y compris les jeunes générations et ceux qui n'envisageaient pas auparavant une carrière dans les matières premières. Dans une perspective allant au-delà de la pandémie, la plupart des responsables des ressources humaines interrogés ont identifié une tendance à une plus grande volonté des employés de tous grades de choisir librement entre le travail au bureau ou à domicile. Ils ont donc conclu qu'il est nécessaire de renforcer et de resserrer leurs contrôles et procédures d'éthique et de conformité, qui peuvent devenir laxistes dans les situations de travail à distance.

Dans l'ensemble, la flexibilité est la clé. Non seulement pour l'attractivité de l'employeur, mais aussi pour assurer la continuité des activités, la conformité et le succès durable. En ce qui concerne les lieux de travail, la flexibilité signifie clairement qu'il faut aller vers des modèles hybrides permettant à l'employeur et à l'employé d'alterner, en fonction de leurs besoins et de leurs préférences, entre le travail au bureau et à distance. Le plus grand défi à venir sera donc d'établir et de maintenir deux environnements de travail parallèles, pleinement fonctionnels, conformes et abordables.

Commentaires

Adrian Tüscher

Attorney-at-Law KPMG Law Partner

Christophe Bellino

Tax & Legal KPMG Accounting & Payroll Services Director