Bourse suisse: le SMI clôture la semaine dans le rouge vif, miné par l'inflation américaine

Le SMI a chuté de 2,10% à 11'084,62 points, après avoir flirté avec la barre des 11'000 points, le SLI a perdu 2,54% à 1721,44 points et l'indice SPI 1,92% à reculé de 14'246,11 points.

Straumann et Credit Suisse (-5,7% chacun) en tête des perdants, devant Holcim (-4,9%).

La Bourse suisse a bouclé la dernière séance de la semaine sur une note éminemment négative, après une nouvelle poussée d'inflation aux Etats-Unis.

Le SMI des valeurs vedettes, qui avait entamé la séance au-dessus des 11'200 points, s'est enfoncé dans le rouge tout au long de la journée, accentuant encore ses pertes et passant sous la barre des 11'100 points après la publication de l'indice des prix à la consommation (CPI) américain.

Ce dernier s'est établi à 8,6% sur un an, contre 8,3% en avril, bien plus qu'attendu par les analystes, qui anticipaient en moyenne une inflation stable en rythme annuel.


Wall Street plongeait après l'ouverture, digérant très mal la publication d'un CPI au plus haut depuis décembre 1981.

Les marchés espéraient ces dernières semaines "que nous pourrions être proches d'un pic en ce qui concerne l'inflation américaine" mais leur optimisme a été ébranlé, souligne Michael Hewson, analyste chez CMC Markets.

Les risques de stagflation augmentent

Les investisseurs sont aux abois, après la ribambelle de coups de rabot sur les perspectives conjoncturelles (Banque mondiale, OCDE, BCE) qui se sont succédé tout au long de la semaine, précédant la nouvelle accélération de l'inflation dans la première économie mondiale.

Selon Karl Haeling, de LBBW, le marché anticipe désormais que la Réserve fédérale américaine (Fed) "relève ses taux de 50 points de base à chacune de ses trois prochaines réunions et que les taux au jour le jour atteignent en fin de cycle 3,5% d'ici le milieu de 2023".

La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé jeudi un relèvement de ses taux directeurs de 25 points de base en juillet et un arrêt de ses achats nets d'actifs, ce qui était attendu. Mais elle a aussi prévenu qu'il y aurait une nouvelle série de hausses des taux à partir de septembre, laissant planer le doute sur leur ampleur.

"Les risques de stagflation ont augmenté, l'inflation restant à un niveau plus élevé que souhaitable, tandis que le Produit intérieur brut mondial ralentit", relèvent les experts de Natixis.


Le Swiss Market Index (SMI) a chuté de 2,10% à 11'084,62 points, après avoir dangereusement flirté avec la barre des 11'000 points, le Swiss Leader Index (SLI) de 2,54% à 1721,44 points et l'indice du marché élargi Swiss Performance Index (SPI) de 1,92% à 14'246,11 points. A l'exception notable de Kühne+Nagel (+1,5%), rudement malmené au cours des dernières séances, tous les "blue chips" ont fini dans le rouge.

Straumann et Credit Suisse (-5,7% chacun) se sont partagé le bonnet d'âne, derrière Holcim (-4,9%).

Jeudi soir, le groupe américain de services financiers State Street a démenti par voie de presse les rumeurs de velléité de reprise du numéro deux bancaire helvétique, en réaction à des informations du blog financier Inside Paradeplatz.

Le spécialiste des implants dentaires s'est vu déclassé à "neutral" par Bank of America, qui met en avant la valorisation historiquement élevée du titre, alors que son potentiel haussier est limité.

Swisscom dégradé à "sell"

Swisscom a vu sa recommandation dégradée à "sell", contre "neutral", par UBS, qui a légèrement relevé son objectif de cours. Les analystes de la banque aux trois clés anticipent une hausse des coûts de promotion du géant bleu et un ralentissement de la filiale italienne Fastweb.

Même prenant l'eau, les paquebots Nestlé (-0,4%) Roche (-1,2%) et Novartis (-1,7%) ont atténué le repli du marché. Poursuivant sur sa lancée des derniers jours, Roche a annoncé des résultats d'étude positifs pour le Venclexta (venetoclax) et le Gazyva (obinutuzumab).

Sur le marché élargi, Kinarus a fait ses premiers pas sur SIX. A contre-courant du marché, la nominative de la société bâloise de biotechnologie née de son acquisition par Perfect Holding s'est enrobée de 2,2%.

Santhera (+0,7%) a publié ses résultats annuels détaillés, avec une perte nette légèrement moins élevée qu'initialement publiée. Les liquidités sont suffisantes pour assurer le financement de l'entreprise jusqu'à la fin du premier trimestre 2023.

Oerlikon (-1,8%) n'a pas vraiment profité d'un commentaire élogieux de Credit Suisse, qui recommande désormais le titre à l'achat (outperform), pas plus qu'Aryzta (-0,3%) d'un relèvement à "hold", après "reduce", par Kepler Cheuvreux. (awp)

Commentaires