Swatch sort du SMI, remplacé par Logitech

SIX annonce mercredi soir qu’il sort du SMI le titre de Swatch. Après cette exclusion, Richemont est le dernier représentant de la branche horlogère parmi les valeurs vedettes.

Keystone
Swatch ne figure désormais plus parmi les valeurs vedettes helvétiques.

Une page se tourne sur l’indice suisse des vingt valeurs vedettes. SIX a annoncé mercredi soir qu’il sortait du SMI le titre de Swatch, qui y figurait depuis 1994 sous l’appellation à l’époque de SMH Société Suisse de Microélectronique et d’Horlogerie S.A. 

Le groupe horloger, qui a pris le nom de Swatch Group en 1998, y disposait même d’une double cotation jusqu’en septembre 2010, date à laquelle l’action nominative a été retirée de l’indice phare pour être reversée au sein du SMI Mid (SMIM), l'indice des moyennes capitalisations. 

Le titre au porteur de Swatch sera remplacé sur le SMI par Logitech. La recomposition, justifiée par des éléments techniques de valorisation et de liquidité des titres, prendra en effet le 17 septembre après la clôture des marchés en Suisse. Richemont sera donc le dernier représentant de la branche horlogère parmi les stars de la cote. 

Autres indices remaniés

La Bourse suisse a aussi décidé d’opérer des remaniements sur les autres paniers d’indices. En plus de Swatch, l’indice SMIM, qui rassemble les trente plus importantes capitalisations moyennes du marché action suisse non cotées sur le SMI, accueillera le pharmacien en ligne Zur Rose, actuellement présent au SPI. 

Quant au Swiss Leader Index (SLI), qui regroupe les vingt titres du SMI ainsi que les dix plus importantes cotations du SMIM, soit trente valeurs au total, il comptera dans ses rangs le groupe pharmaceutique Vifor qui prendra la place du chimiste Clariant. Ces changements seront effectifs le 20 septembre prochain.

SIX s’ouvre aux PME

La Bourse de Zurich a également prévu d’élargir son offre aux petites et moyennes entreprises (PME). Son opérateur SIX a annoncé jeudi le lancement d'un nouveau segment de capital-investissement. Baptisé Sparks, il doit permettre aux PME de disposer d'un espace de transactions dédié, personnalisé et réglementé, tout en bénéficiant de tous les avantages d'une cotation à la Bourse suisse. «Notre défi a été de nous assurer que nous pouvons offrir aux entrepreneurs une plateforme qui peut les aider à efficacement lever des capitaux, à renforcer leur crédibilité et à fournir les niveaux de transparence qui maximisent l'intérêt des investisseurs», défend la responsable du marché primaire chez SIX, Valeria Ceccarelli, citée dans le communiqué. L'opérateur de la place zurichoise attend pour l'heure une approbation réglementaire.


Article publié le 7 juillet, mis à jour le 8 juillet à 18h00.

Commentaires

Pascal Schmuck