Mirjana Spoljaric Egger sera la première femme à diriger le CICR

La suissesse Mirjana Spoljaric Egger prendra la place de Peter Maurer à partir du 1er octobre 2022 à la tête de l'organisation d'aide humanitaire. Elle signe pour un mandat de quatre ans.

Keystone
Mirjana Spoljaric Egger est actuellement directrice du Bureau régional pour l'Europe et la Communauté d'Etats indépendants du Programme des Nations Unies pour le développement.

La suissesse Mirjana Spoljaric Egger va être la première femme à diriger le Comité international de la Croix Rouge, a annoncé jeudi le CICR, l'une des plus prestigieuses organisations d'aide humanitaire au monde.

Mirjana Spoljaric Egger, qui prendra la place de Peter Maurer au 1er octobre 2022, est actuellement directrice du Bureau régional pour l'Europe et la Communauté d'Etats indépendants du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

M. Maurer "a décidé qu'il quittera son poste en septembre 2022 quand il aura alors présidé pendant 10 ans" aux destinées de cette organisation fondée par Henry Dunant en 1863 à Genève.

Le mandat de président est de quatre ans et renouvelable.

"C'est un immense honneur et une grande responsabilité d'être élue présidente d'une organisation que j'ai longtemps admirée pour son enthousiasmante mission dans le monde entier", a déclaré Mme Spoljaric Egger, citée dans le communiqué.

Elle a promis de défendre les valeurs humanitaires de l'organisation et "de présenter les besoins des plus vulnérables".

Mme Spoljaric Egger est une diplomate chevronnée. Elle a exercé plusieurs fonctions au sein du ministère des Affaires étrangères suisse à New York ainsi qu'au Bureau de l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA).

Mme Spoljaric Egger est titulaire d'une maîtrise en philosophie, en économie et en droit international, obtenue à l'Université de Bâle et à l'Université de Genève.

Le CICR fournit "une assistance humanitaire aux personnes touchées par un conflit ou une situation de violence armée et fait connaître les règles qui protègent les victimes de la guerre", souligne le site internet de l'organisation, qui précise aussi que c'est une "institution neutre et indépendante".

Le CICR est actif dans de nombreux domaines, de l'action contre les mines, à la lutte contre le Covid, l'aide aux réfugiés et déplacés ou encore le soutien aux détenus.

Si son action est en général louée, l'organisation a aussi été critiquée notamment pour son attitude pendant la Deuxième guerre mondiale.

"L'inaction du CICR face à l'Holocauste reste aujourd'hui encore synonyme d'une tragédie dans la mémoire institutionnelle", peut-on ainsi lire dans l'histoire officielle de l'institution.

Le mandat du Comité découle des Conventions de Genève de 1949, ville dans laquelle se trouve aussi son siège.

L'organisation emploie quelque 20.000 personnes dans plus de 100 pays et elle est financée principalement par des dons provenant de gouvernements et de Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge mais aussi d'organisations supranationales (Commission européenne par exemple) et d'autres sources publiques et privées. (AWP)

Commentaires