Les recettes des agences de voyage en chute libre en raison de la pandémie

Le chiffre d'affaires des agences de voyage a reculé de près de 70% à 1,14 million de francs en 2020.

Keystone
Au total 1700 postes équivalent plein temps ont été perdus dans les agences de voyage en 2020, soit une baisse de 22% des effectifs sur un an.

La pandémie de coronavirus a entraîné une importante chute des recettes pour les agences de voyage. En moyenne, leur chiffre d'affaires a reculé de près de 70% à 1,14 million de francs en 2020, a indiqué mardi la Fédération suisse du voyage (FSV). Les perspectives pour la suite laissent toutefois espérer une reprise.

"La prolongation des mesures de soutien au-delà de février 2022 est indispensable pour la branche", a insisté Max Katz, président de la FSV à l'occasion de la conférence de presse annuelle. Ces mesures ont en effet permis d'éviter les faillites. M. Katz a également annoncé qu'il ne briguerait pas de nouveau mandat à la présidence, après avoir passé neuf ans à ce poste.

Au total 1700 postes équivalent plein temps ont été perdus dans les agences de voyage en 2020, soit une baisse de 22% des effectifs sur un an. Les capacités ont été "massivement réduites", a insisté Christian Laesser, professeur à l'Université de Saint-Gall. La rentabilité n'en a pas moins glissé dans le rouge, passant de 1% en 2019 à -3,5% en 2020.

Les perspectives sont assez fluctuantes en raison de l'évolution imprévisible de la pandémie. "Nous resterons longtemps dans une zone grise", a estimé M. Laesser. Toutefois, l'indice de confiance compilé par la FSV laisse entrevoir une lueur d'espoir. Le volume des dossiers et les prix sont attendus en hausse, mais les marges sont toujours escomptées sous pression. Les agences spécialisées sur les voyages lointains sont loin d'être au bout de leurs difficultés, selon M. Katz.

La pandémie a profondément transformé les habitudes de voyage, a confirmé Olaf Nink, CEO d'Allianz Partners Suisse. Au cours des douze derniers mois, deux tiers des personnes interrogées ont ainsi renoncé à l'avion, selon un sondage conduit par l'assureur. Cette proportion est trois fois plus importante qu'avant la crise de coronavirus.

La voiture personnelle a été privilégiée pour partir en vacances, la part des personne empruntant exclusivement ce moyen de transport a en effet doublé. "L'envie de voyager est toujours là et nous nous attendons à un effet de rattrapage", a déclaré M. Nink. (AWP)

Commentaires