Lemania Pension Hub vise l’expansion avec un nouveau directeur général

Prévoyance. Le spécialiste des solutions de prévoyance professionnelle et individuelle basé à Genève ambitionne d’arriver en Suisse alémanique, grâce à l’engagement d’un directeur polyglotte, Pasquale Zarra.

DR
Pasquale Zarra. Il sera le directeur général de Lemania Pension Hub à partir du mois d'août.

La plateforme de prévoyance romande, Lemania Pension Hub, a identifié plusieurs opportunités de croissance, liées à sa propre stratégie et à l’évolution du marché. Elle administre des avoirs de 450 millions de francs après un peu plus de trois ans d’existence, et vise le milliard d’ici 2028-2030. Pour exploiter ce potentiel, elle a engagé un nouveau directeur général, Pasquale Zarra, qui dispose de plus de 30 ans d’expérience dans le domaine de la prévoyance, au sein de plusieurs assureurs, et dernièrement en tant que responsable du bureau lausannois de PensExpert. Basé à Genève, il entrera en fonction au mois d’août. Nous avons pu le rencontrer en exclusivité à Lausanne, accompagné du président du Conseil de Lemania Pension Hub, Alexandre Michellod.

Dans un premier temps, la mission de Pasquale Zarra sera d’intensifier la présence de la plateforme sur l’ensemble du bassin lémanique. Mais, souligne Alexandre Michellod, «notre ambition est aussi d’arriver en Suisse alémanique, en rayonnant depuis Lausanne dans une première étape. Lemania Pension Hub est une initiative romande pour une ambition suisse.» Et Pasquale Zarra est justement d’origine alémanique, tout en ayant développé un réseau important en Suisse romande: «mes origines vont bien me servir pour m’adresser aux germanophones, dans un premier temps aux intermédiaires. Dans l’ensemble, je consacrerai environ deux tiers de mon temps aux courtiers, gestionnaires indépendants et gérants de fortune, et un tiers au conseil en direct, que ce soit avec le client final ou via des partenaires.»

Les indépendants représentent un énorme potentiel

Le fait que le Conseil fédéral ne juge pas pertinent de rendre obligatoire la prévoyance professionnelle pour les indépendants selon son communiqué de mercredi laisse un terrain intéressant à Lemania. «Nous observons que les sorties de caisses de pension se sont accélérées depuis la pandémie. Les assurés sortants ont souvent une expertise à forte valeur ajoutée qui peut être mise à profit de plusieurs entreprises, avec un statut d’indépendant ou avec un portage salarial. C’est une tendance sociétale qui va se renforcer en Europe. Cela représente un énorme potentiel pour les prestataires financiers et les conseillers», se réjouit le président Alexandre Michellod.

Souvent, les employés à temps partiel, et ceux qui cumulent plusieurs emplois, ne réalisent pas tout de suite non plus les incidences sur leur prévoyance. Il faudrait pourtant prendre des mesures, et en connaissance de cause: «l’assuré lui-même doit être formé et informé, c’est lui-même qui décide de sa stratégie, de faire quelque chose de son épargne-vieillesse», insiste Pasquale Zarra. Il note également que l’augmentation de la limite des rachats dans la prévoyance individuelle (troisième pilier) offre des options intéressantes. «Une personne qui se met à son propre compte, habituellement à 40 ans, n’a pas beaucoup de revenus au départ. Cela lui permet de se rattraper plus tard», souligne le nouveau directeur de Lemania. Certes, les conditions actuelles sur les marchés financiers ne sont pas bonnes, mais «il n’y a jamais de moment idéal. Ce qui compte, c’est le résultat sur une durée de 15 à 20 ans, avec des stratégies équilibrées, diversifiées, à volatilité faible», selon Pasquale Zarra.

Infrastructure digitale pour gérants indépendants

Le nouveau cadre légal pour les gérants indépendants (GFI), avec l’obligation de déposer le dossier d’autorisation jusqu’en décembre, offre également des opportunités. «La mission de Pasquale Zarra sera d’accompagner les gens appelés à faire du conseil patrimonial, qui concerne notamment la prévoyance et la fiscalité. Avec le nouveau régime, les conseils à la clientèle doivent être donnés par des personnes certifiées, qui figurent au moins dans le registre des conseillers financiers de la Finma», explique Alexandre Michellod.

Les outils numériques dont dispose Lemania vont y jouer un rôle clé. «Nous proposons aux GFI notamment notre infrastructure digitale par le biais d’un white-labeling total (ndlr: sous leur propre marque). C’est un marché stratégique», selon le président. Et Pasquale Zarra rappelle que «Lemania a été le premier dans son domaine à proposer un onboarding à 100% digital fin 2019. La pandémie a donné un coup d’accélérateur, et tout le monde s’y met. Il faut pouvoir donner des informations et du conseil en ligne.» Il compte bien profiter du fait que ces infrastructures lui permettent aussi une finalisation numérique.

Commentaires

Christian Affolter