Le rayon boucherie, vache à lait du détail alimentaire en 2020

Les ventes de viande ont représenté l'an dernier plus d'un franc sur six dans un segment en hausse de 11,3% à 29,9 milliards.

Keystone
Les ventes d'escalopes, saucisses et autres poulets ont généré à elles seules 5,38 milliards de francs.

Si les mesures de confinement ont permis aux rayons d'alimentation des commerces de détail de générer en 2020 des chiffres d'affaires exceptionnels, la palme revient incontestablement au département "boucherie". Les ventes d'escalopes, saucisses et autres poulets ont généré à elles seules 5,38 milliards de francs.

Les ventes de viande ont ainsi représenté plus d'un franc sur six dans un segment en hausse de 11,3% à 29,9 milliards, note jeudi l'Office fédéral de l'agriculture (Ofag) dans un rapport spécial.

En volumes, les ventes de volaille, boeuf et porc affichent tous des progressions de plus de 14% à respectivement 62'200, 29'600 et 28'600 tonnes. En hausse de près de 10% à 97'200 tonnes, les ventes de charcuterie trônent toujours confortablement en haut du palmarès.

Les produits estampillés "bio" ont aussi connu un vif essor, progressant en valeur de 16,5% à 3,19 milliards pour représenter 10,7% des parts de marché.

Toutes catégories confondues, le canal de distribution en ligne s'est sans surprise emballé de près d'un cinquième. A l'inverse, le libre-service de gros a été sinistré avec une contraction de 13,2%. A noter que seuls les maisons de retraites et hôpitaux ont étoffé leur contribution en la matière, de 4,7%.

Au chapitre des consolations pour les détaillants helvétiques, les restrictions imposées aux déplacements ont fait chuter le tourisme d'achat de produits alimentaires de 42%. (ats)

Commentaires