Abonnés

Dix ans après, l’héritage inespéré du départ de Merck Serono de Genève

Véritable choc, le départ du groupe du quartier de Sécheron a eu un effet catalyseur pour la biotech lémanique. Ses spin-off emploient aujourd’hui plus de 170 collaborateurs.

Keystone
Genève, le 9 juin 2012. Des membres du personnel de Merck Serono se sont rassemblés devant le siège du groupe afin d’obtenir le maintien d’au moins une partie des 1250 emplois que la direction du groupe veut supprimer dans le canton.
Situé au chemin des Mines du quartier de Sécheron, le Campus Biotech s’impose dans le paysage de l’est genevois. Immeuble en briques du XIXe, serti d’une vaste structure de verre et d’acier, il se déploie sur plus de 40.000 mètres carrés. Bâti pour 350 millions de francs, c’est maintenant l’un des cœurs de la dynamique industrie des sciences de la vie lémanique, riche de plus d’un millier de sociétés. Rien dans ce complexe vitré ne laisse transparaître la déconvenue économique qui s’y est jou...

Vous devez avoir un compte utilisateur pour lire cet article