Abonnés
Editorial

Les enjeux variables des groupes suisses en Russie

Depuis le lancement de l’invasion russe en Ukraine, une majorité des sociétés cotées du SMI ont cessé ou réduit leurs activités en Russie. Leurs décisions ne sont pas exemptes de conséquences économiques.

KEYSTONE
Après avoir d'abord suspendu ses livraisons à destination de la Russie, le groupe Logitech a cessé toutes ses activités et licencié l'ensemble de ses salariés dans le pays l'été dernier.
Les sanctions ont eu leur effet sur les activités des entreprises suisses en Russie. Un an après le début de l’invasion à grande échelle de l’Ukraine, une majorité des sociétés cotées du SMI ont cessé ou réduit leurs activités en Russie. Certaines qui avaient d’abord opté pour un gel ont tranché en annonçant leur retrait définitif, à l’instar d’ABB ou de Logitech. D’autres maintiennent encore une présence limitée dans le pays, comme l’équipementier en installations sanitaires Geberit qui a ce...

Vous devez avoir un compte utilisateur pour lire cet article