Abonnés
Article contributeur

La cohabitation, c’est maintenant

«Nos électeurs attendent de nous une politique réaliste, mais de gauche». Ces termes de la ministre démissionnaire Aurélie Filippetti résument assez bien l’impasse dans laquelle se trouve la France. Ils ne disent pas grand-chose en revanche de l’ampleur du problème. Il n’est ni de gauche, ni de droite. Vu de Suisse, qui en subit chaque jour les conséquences, quelque chose de fondamental ne fonctionne plus en France. Depuis longtemps. Il ne s’agit pas non plus d’institutions. L’histoire contem...

Vous devez avoir un compte utilisateur pour lire cet article