Abonnés
Article éditorial

Agir avant qu’il ne soit trop tard

La crainte que la hausse des prix n’échappe à son contrôle a poussé mercredi la Réserve fédérale à resserrer sa politique plus qu’attendu.

KEYSTONE
La Banque nationale, présidée par Thomas Jordan, ne considère plus le franc comme une devise surévaluée.
Tout semble s’être accéléré depuis une semaine, lorsque les derniers chiffres de l’inflation aux Etats-Unis ont surpris par leur vigueur. La crainte que la hausse des prix n’échappe à son contrôle a poussé mercredi la Réserve fédérale à resserrer sa politique plus qu’attendu.La Suisse subit elle-aussi la pression inflationniste mondiale provoquée, en particulier, par la pandémie et la guerre en Ukraine. Avec raison, la Banque nationale a choisi d’agir plus rapidement que la Fed ne l’a fait, e...

Vous devez avoir un compte utilisateur pour lire cet article