SUISSE

L’indice des valeurs vedettes a terminé en baisse de 0,5% à 5356,5 points Les financières plombent les indices Novartis et CS Group ont pesé de tout leur poids sur l’indice suisse des blue chips. Christophe Roulet La Bourse suisse n’est pas parvenu à relever la tête hier, la cote helvétique terminant en recul pour la deuxième journée consécutive. Ce sont essentiellement les valeurs financières comme CS Group (-2,46%) mais aussi Swiss Re (-1,71%), Zurich Financial Services (-0,87%)...

Vous devez avoir un compte utilisateur pour lire cet article

L’indice des valeurs vedettes a terminé en baisse de 0,5% à 5356,5 points

Les financières plombent les indices

Novartis et CS Group ont pesé de tout leur poids sur l’indice suisse des blue chips.

Christophe Roulet

La Bourse suisse n’est pas parvenu à relever la tête hier, la cote helvétique terminant en recul pour la deuxième journée consécutive. Ce sont essentiellement les valeurs financières comme CS Group (-2,46%) mais aussi Swiss Re (-1,71%), Zurich Financial Services (-0,87%) et Julius Baer (-0,83%) qui ont fait pencher la balance, en compagnie de Novartis (-1%) qui vient d’annoncer un rachat important dans la nutrition médicale. Le SMI a ainsi terminé la journée sur une baisse de 0,5% à 5356,5 points, tandis que le SPI cédait 0,43% à 3867,08 points.

Parmi les valeurs à avoir terminé la séance dans la zone positive, à noter Roche (+0,42%) et Lonza (+3,05%) qui profitent toutes deux de l’accord annoncé mardi pour la fabrication par Lonza de l’anticancéreux Rituxan pour le compte de Genentech, filiale de Roche. Nestlé (+0,5%) bénéfice également de l’information selon laquelle le groupe veveysan cède à Danone ses activités dans produits laitiers en Turquie pour se recentrer sur ses points forts dans le pays. Quant à Swiss Life (+0,91%), l’émission d’un emprunt convertible à hauteur de 341 millions n’a pas rebuté les investisseurs. De son côté, Leica Geosystems (+3,6%) progresse suite à l’annonce d’un contrat important décroché pour l’installation de systèmes de surveillance routière et ferroviaire en Australie.

Parmi les titres du SMI, ABB (-2,26%), SGS (-1,69%), Richemont (-1,15%), Serono (-1,87%) et Unaxis (-3,24%) n’ont pas davantage réussi à tirer leur épingle du jeu, d’autant que Wall Street entamait la séance en baisse, après les gains observés mardi.

L’opinion des analystes

Holcim: surpondérer (Ferrier Lullin & Cie). Le groupe cimentier a publié de bons résultats pour ses neuf premiers mois 2003 avec un bénéfice opérationnel stable à 1,55 milliard sur des ventes de 9,39 milliards (+1,1% en monnaies locales). La marge opérationnelle progresse de 8 points à 16,5% et le bénéfice net s’établit à 518 millions. Ces résultats confortent l’opinion positive de Ferrier Lullin sur Holcim qui est la société européenne disposant de la plus important exposition aux marchés émergents (62% des ventes). Sa flexibilité et son amélioration continue de la gestion des coûts apportent un soutien significatif en cas de ralentissement cyclique. La profitabilité et la génération de cash flow sont à la hauteur de la réputation du secteur. Selon les analystes de la banque, le titre se traite avec une décote qui ne semble plus justifiée par rapport à Lafarge avec un ratio EV/EBITDA 04 estimé de 10,5x contre 11,2x.

Swisscom: surpondérer (Banque cantonale de Zurich). Les résultats de Swisscom au troisième trimestre ont surpris en raison d’une baisse de la marge opérationnelle Ebitda de 52,1% à 46,8% dans le secteur de la téléphonie mobile, alors que celle des réseaux fixes est en croissance. Un recul à mettre sur le compte des coûts non récurrents liés au lancement de Vodafone Live. Cette évolution négative est toutefois compensée par les perspectives de bénéfice opérationnel 2003 rehaussées de 4,4 à plus de 4,5 milliards de francs. Pour la BCZ, Swisscom reste une pure valeur de substance à recommander comme un investissement défensif à haut rendement (7,4% estimé 2003), avec un potentiel de hausse des titres de 15% à 20%..