Article contributeur

Quand le bâtiment va, tout va, ou presque

Si l’eau de gâchage venait à manquer, adieu, béton, ciment, projets, constructions.

Pécub

A l’eau la Suisse, comment vont les pluies? L’eau c’est la survie. Le stress des glaciers, le cours des rivières, le cours du SMI sont connectés. Tout est connecté. Si l’eau de gâchage venait à manquer, adieu, béton, ciment, projets, constructions. Sauf qu’ici les entrepreneurs ont l’esprit de conquête, les opportunités sont à saisir. Quand la foule se perd en lamento, le bâtisseur accélère le tempo.

Et pour un parpaing de plus, je te végétalise les toits plats. C’est le moment de claquer son pognon, dans les forêts, les jardins, les près fleuris, les talus et les maisons. Redécouvrir les techniques oubliées. Ecouter nos maraîchers, nos cultivateurs, nos pilotes de tracteurs, nos Epicure et nos Friedrich Traugott Wahlen.

Tout est là pour bien faire. Toutes les conditions sont réunies, pour notre habitat, notre environnement une nouvelle vie. L’imagination au pouvoir. Le bois-béton, l’herbe-à-plafond, le lamellé-céréalier, le frêne-chêne à façades, le bambou chinois à échafaudages, la truelle à innovation. Le bâtiment reprend de l’aplomb et le SMI repart vers de nouveaux sommets!

Commentaires

Les articles suivants pourraient aussi vous intéresser