Article contributeur

Pulse, un pré-incubateur enthousiasmant

Le lieu créé par la HES-SO Genève présente plus d'un atout. Par Xavier Comtesse.

KEYSTONE
«Justement, le centre a comme vocation de donner des (im)pulsions aux jeunes de HES genevoise. C’est une sorte de tiers lieu économique entre innovation et commercialisation.»

Caroline Widmer est une femme à l’enthousiasme communicatif. Elle anime l’incubateur de la HES-SO Genève, dont le nom est Pulse. Justement, le centre a comme vocation de donner des (im)pulsions aux jeunes de HES genevoise. C’est une sorte de tiers lieu économique entre innovation et commercialisation. En identifiant et en accompagnant les projets entrepreneuriaux à fort potentiel, le centre impulse de la compétence et de l’énergie aux étudiants et étudiantes, et aux chercheurs et chercheuses des six hautes écoles genevoises, les véritables porteurs de projets.

Trois phases sont prévues. D’abord une période d’impulsion de six mois, pendant laquelle les équipes testent leur idée auprès de marchés potentiels, structurent leur projet et définissent leur unique selling proposition (USP, ou proposition de vente unique). Des coachs professionnels vont encadrer les porteuses et les porteurs de projet afin de valider leur proposition de valeur mais également leur capacité à faire front aux aléas de l’entrepreneuriat.

Puis viennent les phases dites «de propulsion» et «d’accélération», qui se déroulent sur deux semestres au maximum, pendant lesquelles le prototypage prend une place prépondérante, ainsi que la rédaction du modèle d'affaires (ou business plan).

La recherche de clients va également démarrer ainsi que celle du financement. A ce stade, c’est avant tout à travers des bourses et des concours que les premiers fonds seront rassemblés.

Croiser les compétences et favoriser les échanges entre spécialistes issus de différents cursus de formation
Xavier Comtesse

De l’idée initiale aux premiers prototypes en passant par le modèle d’affaires, Pulse a pour objectif d’accompagner les projets entrepreneuriaux et de mener les équipes vers d’autres incubateurs/accélérateurs spécialisés, ou de les aider à lancer leur propre entreprise. A titre d’exemple, Patrick Schirmann, le fondateur de Norsia, a pu rejoindre F10, un accélérateur spécialisé dans la fintech à Zurich. Mikael Vilchez, le créateur de la marque Forbidden Denimeries, a quant à lui rejoint le programme Talents de la Swiss fashion association. Autant d’opportunités rendues possibles grâce au réseau construit autour de Pulse et au travail mené par ces entrepreneurs.

Le pré-incubateur genevois souhaite également croiser les compétences et favoriser les échanges entre spécialistes issus de différents cursus de formation. Ainsi, les porteurs et porteuses de projet bénéficient d’ateliers thématiques animés par des professionnels du secteur et d’un suivi personnalisé. Un espace de coworking et des bureaux accessibles vingt-quatre heures sur vingt-quatre sont également mis à leur disposition, ainsi que la possibilité d’utiliser les ateliers de prototypage d’Hepia et de la Head. La structure d’accompagnement se consacre tant aux ébauches qu’aux projets avancés.

Commentaires

Xavier Comtesse

Mathématicien et membre du Think Tank CODE_IA