Le déficit de l'Union européenne

Le récit de la Suisse est une anticipation du récit que l’UE tente d’élaborer. Par Jacques Neirynck

Keystone
"Les événements mythiques décrit par la légende de Guillaume Tell et le serment du Grütli expriment un événement authentique, la naissance de la Confédération."
La Suisse est insoluble dans l’UE. Pourquoi précisément? Ce n’est ni la maladresse supposée des négociateurs envoyés à Bruxelles, ni la zizanie au sein du Conseil fédéral, ni l’importance des points litigieux, ni les inconvénients de la fin de l'Accord-cadre: ce n’est rien d’aussi concret. Cela se situe sur un autre plan, celui de l’impalpable et de l’indicible. Ce que les analystes politiques appellent «le récit», c’est -à-dire l’image que projette une construction politique aussi bien à l’i...

Vous devez avoir un compte utilisateur pour lire cet article

La Suisse est insoluble dans l’UE. Pourquoi précisément? Ce n’est ni la maladresse supposée des négociateurs envoyés à Bruxelles, ni la zizanie au sein du Conseil fédéral, ni l’importance des points litigieux, ni les inconvénients de la fin de l'Accord-cadre: ce n’est rien d’aussi concret.

Cela se situe sur un autre plan, celui de l’impalpable et de l’indicible. Ce que les analystes politiques appellent «le récit», c’est -à-dire l’image que projette une construction politique aussi bien à l’interne qu’à l’extérieur.

Il existe un récit de la Suisse, majestueux, poignant, merveilleux. Quelques vallées alpestres se sont extirpées du carcan féodal en ouvrant un espace de liberté et de démocratie. Ce ne fut pas parfait, il y eut des conflits, cela prit beaucoup de temps. Mais au bout de sept siècles, c’est devenu une réalité. Quelle épopée, quel récit, tellement analogue au mythe de David terrassant Goliath !

Il n’existe pas de récit de l’UE, car elle est trop récente. Les tentatives antérieures d’unifier le continent ont toujours échoué, parce qu’elles l’ont tenté par la force au bénéfice d’un pays particulier. Au contraire, l’UE s’est voulue orientée vers l’économie plutôt que la politique. 

L’UE construit son récit en pratiquant une politique tournée vers l’avenir.

Au bénéfice d’un récit grandiose, le citoyen suisse ne peut se sentir attiré vers ce grand pays en devenir, démuni d’un récit en train de se construire. Pour que celui-ci soit inspirant, il faut qu’il s’enracine dans un passé lointain pour que les brumes de la légende embellissent la réalité historique.

Les événements mythiques décrit par la légende de Guillaume Tell et le serment du Grütli expriment un événement authentique, la naissance de la Confédération.  

L’UE construit son récit en pratiquant une politique tournée vers l’avenir. Le plan de relance massif de l’économie, Next Generation EU, est un outil pour forger une conscience commune. Le programme Horizon Europe prévoit un budget de 95 milliards d’euros. L’expérience des vaccins conçus en UE mais distribués tardivement a démontré le rôle crucial de la recherche et de son insertion dans une gouvernance forte. Si les négociations avec la Suisse échouent, celle-ci en sera exclue. Au bénéfice de sa mythologie séculaire, elle n’entrera pas dans le siècle qui vient. 

Le récit de la Suisse est une anticipation du récit que l’UE tente d’élaborer. L’UE deviendra un véritable pays si elle comprend le fédéralisme, la concordance des exécutifs, la milice, la démocrate directe. 

Commentaires