Article contributeur

La pandémie a créé des opportunités dans le secteur aérien

Le fort développement du leasing d'avions et du fret vont-ils durer, s'interroge Marie Owens Thomsen.

Keystone
Le fret aérien a atteint 30% des revenus totaux des compagnies aériennes en 2021, contre environ 15% en 2015.

L'industrie du transport aérien a toujours été caractérisée par des barrières à l'entrée plutôt élevées, compte tenu de sa nature à forte intensité de capital, et par une concurrence intense pour le trafic. Ainsi, en 2019, seulement 42 compagnies aériennes ont été créées dans le monde, alors que 59 ont cessé leurs activités et que 93 autres sont devenues «dormantes», c’est-à-dire effectuant moins de 10 vols par mois. Et ce malgré le fait que 2019 est considéré comme une bonne année pour le secteur aérien.

La situation pour le secteur a évidemment empiré en 2020 – sous les effets de la pandémie et les restrictions associées – réduisant le nombre de créations à 29. Grâce aux aides étatiques, il y a eu seulement 53 cas de faillite, tandis que les sociétés dormantes ont augmenté de près de 70% pour atteindre le nombre de 156.

L'année 2021 a montré que la sortie de la pandémie a créé de nouvelles opportunités pour les compagnies aériennes. Ayant vu passer le pire de la crise, il y a eu 57 créations de compagnies aériennes l’année dernière, une hausse de 36% par rapport à 2019. Cela comprend 12 nouvelles compagnies aériennes de fret, soit 50% de plus qu’en 2019. Ces chiffres auraient pu être encore plus élevés s’ il n’y avait pas eu un manque d'avions cargo disponibles.

A l’attrait du fret s'ajoute un environnement entrepreneurial en mutation
Marie Owens Thomsen

En 2021, seulement 33 compagnies ont cessé leurs activités, et le nombre de compagnies dormantes a reculé à 69, tous deux bien en deçà du niveau de 2019. Le nombre croissant de compagnies aériennes, nouvelles et ressuscitées, associé au recul du nombre de fermetures, montre que l'industrie reste attrayante pour les entrepreneurs et que les attentes pour sa reprise sont élevées.

Des facteurs plus spécifiques ont également contribué à ce nouvel élan entrepreneurial, notamment le dynamisme du marché des avions d'occasion, ce qui rend plus abordable le leasing d'aéronefs. Il faut savoir qu’en 2021, les sociétés de leasing ont pour la première fois acheté plus d'avions pour le transport de passagers dans le monde que les compagnies aériennes, poussant la part du leasing de 50% du total de la flotte. En outre, la pandémie a occasionné une augmentation significative du nombre d'avions en stationnement et des retraits du service anticipés, entraînant une plus grande disponibilité des avions sur le marché.

A l’attrait du fret s'ajoute un environnement entrepreneurial en mutation. Les chaines d’approvisionnement ont rencontré des difficultés à s’ajuster aux fermetures d’activité imposées à cause de la pandémie, et à l’essor d’achats en ligne qui en découlait. Ceci a permis au fret aérien d’atteindre 30% des revenus totaux des compagnies aériennes en 2021, contre environ 15% en 2015. Ainsi, le fret aérien global se situait en février 2022 à 11,9% au-dessus du même mois en 2019, tandis que nous prévoyons un retour au niveau de 2019 en 2024 concernant les voyages des passagers.

Il reste encore à savoir si ces développements sont temporaires ou s’ils signifient un vrai changement de tendance. Toutefois, la résilience remarquable du transport aérien pendant cette période extraordinairement difficile a certes surpris plus d’un, et cela a de quoi susciter de l’intérêt des entrepreneurs, ainsi que des investisseurs dans le sens plus général. L’indice NYSE Arca Global Airlines a gagné 26% du 7 au 31 mars 2022.

Commentaires

Marie Owens Thomsen

Iata Economiste en chef