vendredi 28 novembre 2014 // 20:07

De la bancassurance à l’assurbanque

mardi, 14.05.2013

Christian Affolter

L’entrée probable du président exécutif (pour la Suisse) de Swiss Life Ivo Furrer au conseil d’administration de la banque Valiant incite forcément à s’interroger sur un partenariat encore plus approfondi entre les deux établissements. Valiant s’est montré disposé à accueillir de nouveaux actionnaires importants. Et Ivo Furrer siège déjà dans l’organe de surveillance de Sanitas, le partenaire exclusif de Swiss Life dans le domaine de l’assurance maladie. Le scénario d’un rapprochement paraît plausible. Le premier groupe de banques régionales pourrait ainsi s’ajouter à la liste de huit partenaires de coopération en tant que troisième banque. Comme chacune des alliances en Suisse entre représentants de ces deux secteurs, ce scénario rappelle l’un des grands projets des années 1990: la bancassurance, symbolisée en Suisse par le groupe formé entre Credit Suisse et Winterthur (avant que l’assureur ne soit intégré au groupe français AXA en 2006). Un échec en Suisse, un succès dans certains pays.

Que Swiss Life a aussi  décliné avec Banca del Gottardo (cédée fin 2007 à BSI/Generali). Mais le développement conjoint de produits alliant services bancaires et couvertures de risques n’est plus à l’ordre du jour. Pour Swiss Life, l’enjeu déjà annoncé et répété est d’optimiser le réseau de distribution de produits en multipliant les canaux et les partenariats. Après la grande banque (UBS) et la banque en ligne (Swissquote), Valiant y ajouterait la banque de détail, Bank Zweiplus ayant la fonction de partenaire bancaire pour des produits financiers. Un réseau montrant que la tendance actuelle va vers l’assurbanque, les assureurs collaborant avec des partenaires bancaires.

Dans le domaine de la relation avec le client, l’ambition n’a probablement jamais été complètement abandonnée: offrir des conseils et des solutions tenant compte de toute la situation financière du client. Et celui-ci peut obtenir des produits des deux secteurs à la même adresse.

Les partenariats entre assureurs et banques avec une structure juridique moins contraignante ont en outre l’avantage d’offrir davantage de flexibilité pour mieux tenir compte des modes de rémunération des collaborateurs toujours très différents dans les deux secteurs. Malgré tous les rapprochements au niveau des produits. Une optimisation pragmatique des structures plutôt que la création d’un modèle d’avenir, en somme.

Agrandir page UNE

agefi_2013-05-14_mar_01
 


LOGIN ABONNÉS

 
 

LES AVANTAGES DE L'ESPACE ABONNÉS

Lecture intégrale
- de l'édition du jour
- des neuf éditions précédentes

Trois éditions à tester
27 mars 2014
7 mai 2014
2 juin 2014

Accès aux archives

pour s'abonner 


Sponsorisé par


 
Publications Agefi