mercredi 17 septembre 2014 // 17:32


Jennifer Blanke du WEF sur le programme de l'année

06.02.2013: interview de Jennifer Blanke -World Economic Forum, accordé à Nicolette de Joncaire (Agefi) pour Dukascopy TV


Know-how entrepreneurial et cadre institutionnel

L'Agefi (01.02.2013)

WEF. La fin de la conférence marque le début des travaux de l’année. Des centaines de projets à mener à terme.

Le Forum de Davos vient de fermer ses portes. Mais sa mission ne s'arrête pas à réunir les grands acteurs politiques, économiques, scientifiques et sociaux du monde sous un même toit le temps d'une courte semaine. Des rencontres, conversations et discours qui émaillent la conférence naissent initiatives et projets qui dépassent rapidement le cadre de leur berceau. Le Fonds Mondial (Global Fund), destiné à la lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, est né au World Economic Forum et fonctionne sur le modèle de partenariat public-privé, au cœur de la philosophie du WEF. Le GAVI, autre partenariat des secteurs public et privé, qui a pour but d’accélérer le progrès dans le domaine de l'immunisation et de la vaccination, a aussi vu le jour au WEF. Des centaines de projets construits autour de l'alliance entre autorités publiques, entreprises et société civile sont entrepris sous l'impulsion du Forum. Jennifer Blanke, chef-économiste du WEF, fait le point sur les initiatives en cours.

Pourquoi et comment le WEF sert-il d'incubateur à tant de projets?

Nous sommes – et sommes perçus - comme une entité totalement neutre. Les leaders mondiaux se retrouvent de manière informelle, sans décisions immédiates à prendre, pour échanger des idées et découvrir des thèmes à réfléchir. Ils s'écoutent, cherchent à apporter des réponses et repartent avec de nouvelles questions.

Quel est le rôle respectif des trois principales classes d'acteurs?

Aucun projet ne peut réussir sans compréhension mutuelle et sans cohésion. Les gouvernements – et leurs administrations – créent l'environnement légal et institutionnel indispensable à la viabilité des initiatives, les entreprises leur apportent le know-how et l'efficience.  ONG  et les syndicats expriment les opinions et le sentiment de la société civile. Il n'y a aucun espoir de durabilité sans leur adhésion. Les réformes du travail en Allemagne ont été construites sur ce modèle.  Les systèmes allemands et néerlandais d’enseignement associent  le monde des affaires aux universités et aux instituts de technologie. L'un des exemples les plus intéressants est celui de l'expérience menée en Estonie. Après son indépendance en 1991, le pays entamé une politique tournée vers les technologies, au point de bouleverser aujourd’hui sa vie politique. Le parlement estonien a inscrit l'accès au web parmi les droits du citoyen et le taux de pénétration de l'internet est l'un des plus élevés du monde. Politique, éducation, santé, tous les services sont disponibles en ligne. L'exécution de cette volonté politique a été confiée aux sociétés de technologie privée.

Mais les différents acteurs ne raisonnent pas sur les mêmes modèles

Ni sur les mêmes modèles, ni sur les mêmes horizons. Les autorités publiques raisonnent en termes de budget, les entreprises en termes de cash-flows. L'horizon des hommes politiques peut être limité à leur prochaine échéance électorale et celui des dirigeants d'entreprise à la publication des prochains résultats. Leurs engagements respectifs sont de nature différente. Le dialogue les aide à modifier leur perception et leurs priorités et à raisonner à plus long terme.

Quelles sont les initiatives public/privé sur lesquelles le WEF progresse à l'heure actuelle?

Vous connaissez déjà notre Nouvelle vision pour une agriculture durable (L'Agefi du 22 janvier) et les nombreux projets qu'elle a permis de lancer au Vietnam, en Indonésie, au Mexique, en Inde ainsi que l'initiative associée, Grow Africa, qui touche 7 pays africains. Le lancement officiel de celle sur l'infrastructure stratégique en Afrique (PIDA) aura lieu au mois de mai à Cape Town.

Quelle est sa mission?

D'accélérer la livraison des infrastructures en Afrique, un continent qui en manque cruellement. En association avec la Banque africaine de développement, l'Union Africaine et le Nouveau Partenariat pour le Développement de l'Afrique (NEPAD) nous créons un cadre pour permettre au secteur privé de livrer plus rapidement les infrastructures nécessaires.

Avez-vous d'autres initiatives en Afrique?

Fin 2011, nous avons assisté le Nigeria dans la création d'un Conseil National de la Compétitivité fondé sur la collaboration entre les différents acteurs économiques et sociaux. Il vole maintenant de ses propres ailes, sous le parrainage d'Olusegun Aganga, ministre du commerce et de l'investissement.

Vos projets mettent-ils systématiquement l'accent sur la durabilité?

Oui. L’Alliance pour une croissance verte (L'Agefi du 23 janvier) est entièrement tournée vers l'efficience énergétique et les énergies renouvelables. Mais il n'y a pas de durabilité sans survie et l'une de nos missions les plus importantes sera celle du B20, le groupe de travail chargé des recommandations pour la création d'emplois. Le taux de chômage moyen des pays de l'OCDE a cru de 5,7% à 8,6% entre 2007 2010, ces taux atteignant parfois plus du double chez les jeunes.  Les causes en sont relativement bien appréhendées - chute de la demande globale, facteurs structurels sur les marchés du travail, inadéquation des compétences – mais nous constatons d'importantes divergences au niveau des solutions proposées. Il est impossible à une seule classe d'acteurs économiques de résoudre ce défi en isolation.

CV

Laurent Perusset

Jennifer Blanke

Jennifer Blanke est chef-économiste du Forum économique mondial (WEF) et dirige l'équipe responsable du benchmarking mondial. Depuis son arrivée, elle écrit et donne des conférences sur les problèmes de compétitivité nationale et a dirigé la publication d'un certain nombre de rapports sur la compétitivité. Auparavant, de 1998 à 2002, elle était en charge du développement des groupes du Forum de Davos consacrés à la gestion et à la technologie. Elle a travaillé comme consultant, à Paris, chez Mazars, le groupe international spécialisé dans l'audit, l'expertise comptable, la fiscalité et le conseil aux entreprises. Jennifer est titulaire d'un Master en Affaires Internationales de l'Université de Columbia et d'un doctorat en économie internationale de l’Institut de hautes études internationales de Genève

Company Key facts

Forum économique mondial

Créé par Klaus Schwab en 1971, le Forum économique mondial (World Economic Forum, WEF) est une fondation à but non lucratif dont le siège est à Genève. Le Forum est connu pour sa réunion annuelle à Davos qui réunit des dirigeants d’entreprise, des responsables politiques ainsi que des intellectuels, des syndicalistes, des journalistes et des responsables d'ONG du monde entier, afin de débattre des problèmes économiques et sociaux les plus importants. Parallèlement aux réunions, le forum publie un certain nombre de rapports économiques et implique ses membres dans différentes initiatives liées à des secteurs spécifiques.

Unemployments rates (source OECD)

Publications Agefi