mercredi 16 avril 2014 // 11:49



La Lex USA pour les désespérés

Lundi, 02.09.2013

S’acquitter d’une amende de 20% des avoirs déposés en Suisse avant 2008 par des clients américains non déclarés. C’est ce que proposent les Etats-Unis aux banques suisses pour qu’elles n’aient pas à affronter une procédure judiciaire sur territoire américain. Il leur suffira (si l’on peut dire) d’établir le montant de ces avoirs de manière crédible, c’est-à-dire de collaborer rapidement avec l’administration américaine. Contrairement à leurs clients à problèmes, les banques n’ont pourtant enfreint aucune disposition légale sur sol américain (ou suisse) en accueillant ces fonds. Elles n’étaient nullement censées connaître leur degré de conformité fiscale, ni si des clients suisses étaient également américains. Lire la suite

Ilford: cessation d'activité

Mardi, 30.07.2013

Active dans l’enduction chimique de papiers destinés à l’impression jet d’encre haute qualité, la société Ilford domiciliée à Fribourg-Marly a annoncé, aujourd’hui, sa mise en faillite. Délaissée par son propriétaire anglais Paradigm Global Partners, l’entreprise était confiante dans sa reprise par un repreneur industriel. Des éventuels acquéreurs s’étaient même rendus sur place pour visiter les locaux. Au final, aucun n’a souhaité reprendre la société menaçant la situation des 220 employés d’Ilford. Le CEO, Paul Willems, reste néanmoins confiant: "Nous sommes toujours en contact avec des repreneurs pour certains pans de nos activités." (Développement dans nos éditions de mercredi)


 

Dérisoire réciprocité migratoire

Jeudi, 02.05.2013

De 60 à 80 migrants de l’Union européenne en Suisse contre un Suisse vers l’Europe. Données inexistantes côté européen.


 

Urgence et nécessité d’une démystification

Lundi, 22.04.2013

Echange automatique. Que signifierait un standard international par rapport aux idées fausses que l’on s’en fait?


 

Entretien avec Xavier Comtesse

Lundi, 22.04.2013

Neuchâtel. Le directeur romand d’Avenir Suisse donne un regard optimiste sur son canton d’origine dans le contexte des prochaines élections.


 

Affaire Cahuzac: Reyl & Cie réagit

François Reyl. Entretien avec le directeur général du groupe bancaire à Genève.

Avec quelques démentis formels et mises au point.Après plusieurs jours de révélations, déclarations, insinuations et commentaires mettant en cause la banque Reyl & Cie à Genève dans le cadre de l’affaire Cahuzac en France, le directeur général François Reyl rompt un instant la réserve qu’il estime nécessaire dans ces circonstances.


 

La politique énergétique en Suisse

L’urgence de revoir le droit foncier

Pierre-Yves Maillard. Le président du Conseil d’Etat du canton de Vaud en appelle dans un long entretien à prendre des mesures spécifiques. L’abandon du nucléaire sera à ce prix.


 

La Commission européenne bientôt appelée à trancher

Libre circulation. Le Groupement Transfrontalier Européen prépare un dossier à charge contre Genève.

Fin mars, le Groupement Transfrontalier Européen (GTE), présidé par Michel Charrat, a mis sur pied quatre assemblées générales régionales de la Haute-Savoie au Haut-Rhin. Hier, le dixième Salon des Frontaliers ouvrait ses portes à Annemasse (où se trouve le quartier général). Michel Charrat, 65 ans, commente les dossiers les plus sensibles.

Il précise que le groupement constitue actuellement un dossier pour que la Commission européenne puisse faire respecter les accords de libre circulation à Genève.

 Suite...

La fiscalité à géométrie très variable

Une étude de PwC dresse une carte édifiante des régimes fiscaux spéciaux en Europe. Alors que l'UE multiplie les pressions sur la Suisse.

Dans une étude publiée vendredi PwC dresse un tableau quasi exhaustif des régimes fiscaux spéciaux en Europe (au sens large). Le résultat est édifiant. On constate que tous les pays, d'une manière ou d'une autre, encouragent par le biais de facilités fiscales, l'implantation d'entreprises sur leur territoire. Par des avantages sectoriels et géographiques. Un outil de promotion économique comme un autre. Suite...

Interprétations statistiques sur les inégalités salariales

Jeudi, 07.03.2013

L’inégalité salariale entre hommes et femmes est-elle davantage qu’une manipulation statistique? C’est un sujet ultra-sensible depuis plusieurs décennies, régulièrement remis à l’ordre du jour par de respectables militants. L’égalité salariale entre les sexes pour un travail de même valeur est en tous les cas une revendication légitime: elle figure même dans la Constitution fédérale. Suite...

Reyl & Cie s’implante à Londres

Reyl poursuit sa stratégie de diversification. Déjà présent à Paris, au Luxembourg, à Singapour et Hong Kong, la banque genevoise ouvre une filiale à Londres. L’objectif consiste à se rapprocher de sa cible des entrepreneurs internationaux et d’implanter au Royaume-Uni une vitrine pour ses différentes activités: gestion privée, private office, fonds de placement et corporate advisory. Reyl ambitionne de gérer 200 à 300 millions d’ici deux ans dans sa filiale londonienne, dirigée par Ladislas Safyurtlu, qui supervisait auparavant le développement international du groupe. D’environ quatre milliards au moment de l’acquisition de la licence fin 2010, la masse sous gestion du groupe a atteint 7,3 milliards fin 2012, dont 2,5 milliards dans l’asset management. La croissance a dépassé 60% sur la seule année dernière. La diversification du modèle d’affaires permet d’éviter de raisonner en termes de masse critique, explique le CEO François Reyl. Entretien


 

La personnalisation des messages sur smartphone

Fontself. L’application de la start-up basée à Lausanne a dépassé les 200.000 téléchargements en deux mois.


 

Diversification au-delà de l’énergie

AOG. Le groupe basé à Genève et Londres a 25 ans et repositionne ses activités consacrées à l’énergie, l’immobilier et la gestion financière. Entretien avec Jean-Claude Gandur.


 

La Banque Baring Brothers Sturdza acquiert COGES à Genève

Le holding Banque Baring Brothers Sturdza à Genève a annoncé ce matin lundi 4 février 2013 avoir acquis l’intégralité du capital de COGES Corraterie Gestion SA, gérant de fortune indépendant établi à Genève. Les fonds sous gestion et le prix de la transaction n’ont pas été divulgués.

«COGES poursuivra ses activités de manière indépendante, a précisé le communiqué, garantissant le maintien de ses relations avec ses clients actuels tout en leur offrant une plate-forme complémentaire de services et de compétences.» L’ensemble du personnel de COGES est conservé et Luca Micheli devient directeur général. Le directeur général actuel, Philippe R. Calame, entre au conseil d’administration de COGES et devient membre de la direction de la banque, rapportant directement à Eric I. Sturdza, son président. Entretiens


 

Décollage de la biologie virtuelle

Version PDF

Le directeur du Human Brain Project de l’EPFL précise dans un entretien les travaux réalisés dans ce laboratoire déjà légendaire.

L’information a déjà filtré la semaine dernière par le magazine Nature, et c’est aujourd’hui que la Commission européenne devrait annoncer officiellement son soutien au projet Human Brain de l’EPFL. L’Ecole polytechnique, ainsi que le second lauréat: l’université suédoise de Gothenburg, se partageront conjointement le fonds doté d’un milliard d’euros sur dix ans. Un investissement record dans le domaine de la recherche en Europe. Le projet Human Brain repose sur la modélisation informatique du cerveau humain. Il envisage de créer une puce qui répliquera la quasi-totalité des neurones de manière simplifiée. Cette technologie permettra de rechercher la signature biologique des individus amenant ainsi une meilleure compréhension des maladies cérébrales. Dans un entretien, le professeur Henry Markram, directeur du projet, évoque une avancée scientifique majeure. «Nous créerons à Lausanne un centre mondial du diagnostic, utile à tous. C’est une nouvelle médecine personnalisée qui se profile.» Le modèle permettra également de simuler les traitements. La Suisse pourrait ainsi être à l’origine de la création virtuelle de médicaments. Un nouveau domaine qui suscite depuis longtemps l’intérêt des groupes pharmaceutiques.

Lire l’interview dans le mensuel «indices» encarté aujourd’hui dans L’Agefi.


Le créateur très suisse du Made in France

L'Agefi, 17.01.2013

Le «Made in France» prônée par Arnaud Montebourg en marinière et tenant un robot ménager Moulinex en une du Parisien Magazine en octobre apparaît toujours plus international. Et surtout suisse. Peu après la publication de cette une, le site Atlantico épinglait le ministre du redressement productif qui exhibait à son poignet une montre Michel Heberlin «Made in France» dont la majorité des composants provenait en fait de Suisse. Et voilà qu’on apprend au détour d’un commentaire de marché que la société Armor Lux, qui fabrique la désormais célèbre marinière, fut créée par un Suisse: Walter Hubacher. En 1938, cet alémanique de 31 ans a le goût d’entreprendre. Il choisit alors Quimper dans le Finistère. Les années de guerre et d’occupation ne remettent pas en cause la confiance et les certitudes de Walter Hubacher même si l’activité de l’usine s’arrête en 1942. A la fin de la guerre et sous son impulsion, la société achète en 1947 un terrain sur la zone de l’hippodrome et un premier atelier accueille 50 personnes. A l’origine, l’entreprise est exclusivement spécialisée dans la fabrication de sous-vêtements avant que Walter Hubacher étende son savoir-faire à d’autres vêtements qui accompagnent la vie des marins (pulls, vareuses, cabans,....et bien sur la marinière dont les premiers modèles sortent des ateliers à la fin des années 1950). L’entreprise prend une nouvelle dimension et compte 600 salariés au début des années 1980. «L’idée de génie du président fondateur aura été d’étendre au prêt à porter le grade de qualité proposée pour les sous vêtements», commente le responsable communication de la marque.
Voir notre dossier Hollande en Suisse


La décision est attendue le 24 janvier

L'Agefi, 16.01.2013

Trois projets suisses, dont deux de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), figurent parmi les quatre derniers candidats du programme Future and Emerging Technologies Flagships de l’Union européenne. La haute école présente Gardian Angel, mélange de nanotechnologies et de médecine, et Human Brain Project, simulation du fonctionnement du cerveau, qui à lui seul pourrait créer 800 emplois à Lausanne et 200 à Genève. L’EPFZ, pour sa part, codirige avec une université anglaise le projet de recherche sur le développement d’internet.

La décision est attendue pour le 24 janvier. Pour la première fois, deux projets de recherche recevront chacun un milliard d’euros.  Si les projets de l’EPFL étaient retenus par ce programme européen - auquel participe également la Suisse, la Norvège, l’Islande et Israël -, il s’agirait d’une véritable reconnaissance internationale de la vision du président Patrick Aebischer à la tête de l’institution. Lire la suite


ILLUMINA: investisseurs en attente d’explications

L'Agefi, 09.01.2013

Les investisseurs qui s’attendaient à quelques explications de Jay Flatley, président exécutif du spécialiste californien du séquençage génomique Illumina, lors de la J.P. Morgan Healthcare Conference 2013 de San Francisco, ont été déçus. Dans sa courte présentation d’hier, il est certes revenu sur un dernier trimestre 2012 qu’il juge excellent, les instruments de séquençage s’apprêtant à franchir l’étape de leur application clinique. Il estime les perspectives 2013 également prometteuses, et s’est montré enthousiaste au sujet de l’acquisition de Verinata Health, producteur d’un test pour reconnaître la trisomie, annoncée dimanche. Mais il n’a pas prononcé une seule fois le nom de Roche, et les participants n’ont pas eu l’occasion de revenir sur cette question. Reprenant l’information diffusée lundi sur le compte Twitter de L’Agefi, selon laquelle Roche aurait encore fait une offre à 68 dollars l’action le 28 décembre, puis une autre à 75 dollars le 3 janvier, le site économique et financier Cash à Zurich a précisé hier que le fonds Vasta Capital, investi dans Illumina, pourrait envoyer ces prochains jours une lettre demandant des explications à la direction. Viasta était disposé à vendre à partir de 65 dollars.

Voir aussi notre article du 20.12.2012 ci-dessous (PDF).



 


Vous trouverez ci-dessous les contenus qui sont en accès libre (sans abonnement). Ils vous permettront de découvrir les multiples ressources de L'Agefi et de ses suppléments INDICES, Agefi Magazine et Agefi Life, ainsi que les interviews Agefi Live TV.

* PDF disponible env. 1 semaine après parution "Print"


 

Les contenus qui ne sont pas en accès libre, soit l'intégralité des neufs dernières éditions ainsi que les archives de L'Agefi (plus de 250'000 articles depuis l'an 2'000) sont réservés aux abonnés payants.


   Abonnement d'essai: 1 mois / 29.- CHF

Offre spéciale non renouvelable et réservée aux non-abonnés résidant en Suisse.
Autres offres


Publications Agefi