samedi 25 octobre 2014 // 02:32

Charte

L’Agefi est membre de l’association suisse des éditeurs de presse (Presse Suisse), partenaire de l’association suisse des journalistes (Impressum).  

A ce titre, l’entreprise est soumise à la Convention collective des journalistes et adhère à la Déclaration des devoirs et droits des journalistes


Déclaration des devoirs et des droits des journalistes 

Préambule
 
Le droit à l’information, de même qu’à la libre expression et à la critique, est une des libertés fondamentales de tout être humain.
Du droit du public à connaître les faits et les opinions découle l’ensemble des devoirs et des droits des journalistes.
Aussi la responsabilité de ces derniers envers le public doit-elle primer celles qu’ils assument à l’égard de tiers, pouvoirs publics et emloyeurs notamment.

Les journalistes s’imposent spontanément les règles nécessaires à l’accomplissement de leur mission d’information. Tel est l’objet de la “Déclaration des devoirs” formulée ci-après.


Afin de s’acquitter de leurs devoirs journalistiques de manière indépendante et en conformité aux critères de qualité requis,  ils/elles doivent pouvoir compter sur des conditions générales adéquates d’exercice de leur profession. Tel est l’objet de la “Déclaration des droits”, qui suit.


Déclaration des devoirs  

Le/la journaliste qui récolte, choisit, rédige, interprète et commente les informations respecte les principes  généraux de l’équité exprimés par une attitude loyale envers ses sources, les personnes dont il/elle parle et le public ; il/elle tient pour ses devoirs essentiels de:

  1. Rechercher la vérité, en raison du droit qu’a le public de la connaître et quelles qu’en puissent être les conséquences pour lui-même.
  2. Défendre la liberté d’information et les droits qu’elle implique, la liberté du commentaire et de la critique, l’indépendance et la dignité de la profession.
  3. Ne publier que les informations, les documents, les images et les sons dont l’origine est connue de lui/d’elle; ne pas supprimer des informations ou des éléments d’information essentiels; ne dénaturer aucun texte, document, image et son, ni l’opinion d’autrui; donner très précisément comme telles les nouvelles non confirmées; signaler les montages photographiques et sonores.
  4. Ne pas user de méthodes déloyales pour obtenir des informations, des sons, des images ou des documents; ne pas manipuler ou  faire manipuler des images par des tiers en vue de les falsifier; s’interdire le plagiat.
  5. Rectifier toute information publiée qui se révèle matériellement inexacte.
  6. Garder le secret rédactionnel; ne pas révéler les sources des informations obtenues confidentiellement.
  7. Respecter la vie privée des personnes, pour autant que l’intérêt public n’exige pas le contraire; s’interdire les accusations anonymes ou gratuites.
  8. Respecter la dignité humaine ; le/la journaliste doit éviter toute allusion, par le texte, l’image et le son, à l’appartenance ethnique ou nationale d’une personne, à sa religion, à son sexe ou à l ’orientation de ses moeurs sexuelles, ainsi qu’à toute maladie ou handicap d’ordre physique ou mental, qui aurait un caractère discriminatoire ; le compte rendu, par le texte, l’image et le son, de la guerre, d’actes terroristes, d’accidents et de catastrophes trouve ses limites dans le respect devant la souffrance des victimes et les sentiments de leurs proches.
  9. N’accepter aucun avantage, ni aucune promesse qui pourraient limiter son indépendance professionnelle ou l’expression de sa propre opinion.
  10. S’interdire de confondre le métier de journaliste avec celui de publicitaire; n’accepter aucune consigne, directe ou indirecte, des annonceurs publicitaires.
  11. N’accepter de directives journalistiques que des seuls responsables désignés de sa rédaction, et pour autant que ces directives ne soient pas contraires à la présente déclaration.

 
Tout/toute journaliste digne de ce nom observe strictement les règles essentielles énoncées ci-dessus.
Au surplus, sauf quant à se soumettre au droit commun de chaque pays, il/elle n’admet en matière professionnelle d’autre juridiction que celle de ses pairs, du Conseil de la presse ou de tout autre organe analogue légitimé à se prononcer sur les questions d’éthique professionnelle. Il/elle rejette toute ingérence, étatique ou autre, dans ce domaine.
 
 

Conflits d’intérêts et délits d’initiés

Pour assurer l’indépendance rédactionnelle de L’Agefi, les collaborateurs s’engagent contractuellement:

  • A ne pas exercer, sans l’accord de l’employeur, d’activités extérieures importantes de nature à compromettre l’exécution de son travail journalistique et à ne pas accepter, sous la même réserve, de collaboration occasionnelle ou régulière à d’autres journaux, agences ou revues, ainsi qu’à la radio, à la télévision ou à des sites Internet ;

  • A s’abstenir, sous réserve de l’accord de l’employeur et aux fins de garantir la crédibilité et l’impartialité des collaborateurs, de toute activité publique au service d’une institution, d’un parti politique, d’un groupement économique ou social et à n’accepter aucun mandat politique.

  • A s’abstenir strictement de toute opération (achat, vente, trading sur produits dérivés) sur des actions ou d’autres titres d’entreprises qui serait sujette à transgresser la loi sur les délits d’initiés;

  • A s’abstenir de tout intéressement personnel sous forme de prestation en espèce ou en nature, ou de quelque avantage que ce soit reçu ou promis en contrepartie d’un article ou de la diffusion d’une information, et ce, qu’elle qu’en soit la nature.

  • Le collaborateur amenée à écrire ou à participer à la rédaction d’un article portant sur une entreprise dont elle détient un ou plusieurs titres doit préalablement et expressément en référer à l’employeur.
Publications Agefi